Article

Kathputli


Tourné dans les ruelles du bidonville des artistes de Jaipur, Kathputli, nous transporte dans l'univers des marionnettes du Rajasthan, au Nord-ouest de l'Inde. La modernisation et la mondialisation de la société bouleverse en profondeur cet art ancestral qui se transmet de père en fils depuis le XVIIIème siècle.

On commence le voyage avec un travelling le long d'une voie de chemin de fer. Le paysage dépouillé du bidonville de Jaipur contraste avec la beauté des Kathputli.

Pendant 28 minutes, Jade Malmazet nous fait naviguer entre l'imaginaire qu'invoquent ces personnages colorés aux traits fins et aux costumes brodés, et le réel, bien moins lumineux.

Que se passe-t-il quand la musique s'arrête et que ces créatures de bois et de tissus cessent de danser pour redevenir objets ?

C'est en suivant une famille de Bhatt, la caste des artistes, dans leur vie quotidienne que l'on trouve nos réponses. Tous les savoir-faire, artisanaux ou artistiques sont filmés à travers les portraits de chaque membre de la famille qui détient une spécialité: marionnettiste, danseuse, musicien, sculpteur, peintre...

Le film questionne la place de ces artistes dans la société mondialisée, la transformation et la complexité de cette tradition et de ce qu'elle représente aujourd'hui.

L'histoire entière des Bhatt est liée à cette pratique : leur mode de vie, leur identité, leur métier. Autrefois nomades, ils manipulaient ces marionnettes pour le plaisir des Maharajahs et de leur peuple, mais les profondes transformations sociétales n'offrent plus de réelle place ni aux Bhatt, ni à leurs marionnettes. Pourtant la caste leur impose ce métier et ne propose pas vraiment d'alternative à ce futur trouble et incertain.

Ce film raconte aussi en filigrane, le voyage et la rencontre entre cette famille et l'équipe de tournage, composée d'un comédien et d'une marionnettiste. Une superbe occasion de questionner la dimension universelle de la marionnette dans ses multiples facettes.