Article

Riverains de l'Euphrate et du Tigre


Le réalisateur Baudouin Koenig est une grand connaisseur des enjeux au Moyen-Orient, tout comme sa compagne la réalisatrice Fulvia Alberti. En journaliste rigoureux, il décide en 1997 d'enquêter sur la question du partage des eaux en Mésopotamie, et des conflits déclenchés pour la maîtrise de cette ressource essentielle. Son film, Du Golfe au Kurdistan, des Hommes abandonnés de Dieu, revient sur une gestion aussi explosive que celle du pétrole. Passionnant !

 

Le partage des eaux illustre l'épidermique question des nations qui composent la mosaïque du Moyen-Orient, et des peuples pris en otage par les gouvernants. Des peuples qui subissent les rivalités entre états, au long de conflits qui font d'innombrables victimes : l'invasion du Koweit pour offrir un débouché maritime à l'Irak, les marais asséchés par Saddam Hussein pour débusquer ses opposants chiites qui y avaient trouvé refuge, le barrage de Tabqa qui voit s'affronter Irakiens et Syriens...

Depuis l'offensive de Raqqa, lors de la guerre civile syrienne, des combats ont endommagé ce barrage, menacant de ravager toute la vallée mais la catastrophe pourrait s'étendre aux villes de Kerbala et Bagdad, et noyer des sites architecturaux.

Entre Euphrate et Tigre, la vie n'est jamais très sereine pour les riverains de ces fleuves...

Le film de Baudouin Koenig nous permet une autre approche des questions géo-politiques qui marquent durablement cette région.